Soins palliatifs et de fin de vie

03 février 2016

Les soins palliatifs et de fin de vie au Bas-Saint-Laurent :
UNE PRIORITÉ ORGANISATIONNELLE!

S’éteindre paisiblement dans son sommeil, voilà comment la majorité des gens souhaitent terminer leur vie. Malheureusement, pour certaines personnes, cette étape ultime de la vie ne se passe pas ainsi… Pour faire en sorte que ces personnes puissent quitter ce monde en toute dignité, l’Assemblée nationale du Québec adoptait, en juin 2014, la Loi concernant les soins de fin de vie qui entrera officiellement en vigueur en décembre prochain. En adoptant cette loi, le Québec devient ainsi la seule province canadienne à légiférer en la matière.

Cette loi s’inscrit dans la lignée des recommandations unanimes de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité et s’appuie sur des valeurs de solidarité, de compassion et de respect des volontés individuelles, importantes pour notre société. La loi propose une vision globale et intégrée des soins et des droits des personnes qui se retrouvent en fin de vie. Elle consacre l’importance qui doit être accordée aux soins palliatifs et les reconnaît formellement. Pour ces raisons, les soins palliatifs et de fin de vie (SPFV) constituent une priorité gouvernementale ainsi que les objectifs suivants :

1.     Rehausser l’offre de service en SPFV sur une période de cinq ans afin d’offrir au patient, ainsi qu’à ses proches, des soins accessibles et de qualité répondant le plus possible à ses besoins et à ses choix;

2.     Veiller à la mise en place des conditions nécessaires pour s’assurer de la mise en œuvre des modalités de la loi qui entre en vigueur le 10 décembre 2015.

Selon Mme Isabelle Ouellet, conseillère régionale en soins infirmiers et responsable du dossier Soins de fin de vie pour la région, « L’organisation des soins palliatifs et de fin de vie au Bas-Saint-Laurent est une priorité organisationnelle, car l’entrée en vigueur de la loi vient confirmer l’importance des soins palliatifs et de fin de vie au Québec. Cette loi et les travaux à venir permettront d’améliorer grandement les soins palliatifs offerts aux patients et à leur famille. »

La population pourra dès lors bénéficier de soins de fin de vie (directives médicales anticipées, sédation palliative continue, aide médicale à mourir) dont l’encadrement légal permet la prestation dans un environnement sécuritaire, de qualité et approprié à la condition de chacun. Ce choix de société assure à chaque membre de notre collectivité de pouvoir vivre l’ultime étape de sa vie dans un plus grand respect de sa volonté, de son autonomie décisionnelle et de sa dignité.

Modèle de gouvernance clinique adopté par le CISSS du Bas-Saint-Laurent

Dans le cadre de la mise en application de cette loi, le CISSS du Bas-Saint-Laurent a l’obligation d’encadrer les soins de fin de vie et de préparer les professionnels à son application d’ici décembre prochain, notamment par :

  • L’élaboration d’une politique relative aux soins de fin de vie;
  • La mise à jour du code d’éthique qui inclut les droits des usagers;
  • La mise en place d’un programme clinique sur les soins palliatifs et de fin de vie;
  • La mise à jour des ententes avec les maisons de soins palliatifs de la région;
  • L’adoption d’une procédure concernant les directives médicales anticipées;
  • L’adoption de protocoles cliniques portant sur la sédation palliative et l’aide médicale à mourir;
  • L’élaboration d’une procédure du remplacement d’un médecin ou d’un professionnel qui refuse de participer à une aide médicale à mourir pour des raisons personnelles;
  • La diffusion des formations du MSSS qui porteront sur les modalités de la loi.

Afin d’assurer l’avancement des travaux, le CISSS a mis en place, dès septembre, une gouvernance clinique régionale interdirection. Le modèle adopté implique trois comités distincts sur les soins de fin de vie qui seront sous la responsabilité de la Direction des soins infirmiers (DSI) du CISSS :

  • Comité stratégique;
  • Comité de coordination clinique régional;
  • Comité de coordination clinique local.