Chauffage au bois


Chauffer au bois : est-ce vraiment inoffensif?

Pour la plupart d’entre nous, un feu de cheminée signifie un moment de détente. Toutefois, qu’elles proviennent d’un poêle à bois, d’un foyer ou d’un feu de camp, les fumées dégagées ne sont pas aussi « inoffensives » qu’on voudrait bien le croire.

Selon Environnement Canada, un poêle à bois non certifié émet autant de particules fines dans l'atmosphère en neuf heures qu'un poêle certifié fonctionnant soixante heures ou une automobile de type intermédiaire parcourant 18 000 km. Le chauffage au bois est donc une source importante de contaminants dans l’atmosphère : monoxyde de carbone, composés organiques volatils, particules fines, etc.

Dans les quartiers où le chauffage au bois est répandu, l'exposition aux contaminants provenant de la fumée des cheminées peut avoir des effets néfastes sur la santé des résidents. En effet, la fumée extérieure peut s'infiltrer dans les immeubles et les résidences à proximité, et affecter la qualité de l'air intérieur. La qualité de l'air à l'intérieur d’une résidence peut aussi être altérée lorsque l’on ouvre le poêle pour y ajouter du combustible ou si le poêle a une fuite.


Effets de la fumée sur la santé

Les particules émises par le chauffage au bois sont néfastes pour la santé. Certaines de ces substances sont cancérigènes. D'autres, comme les particules fines, qui ont un diamètre inférieur à celui d'un cheveu, peuvent pénétrer profondément dans les voies respiratoires et nuire à leur fonctionnement.


Effets potentiels sur la santé de certains contaminants issus de la fumée de bois lorsque leur concentration est trop élevée dans l’air

Contaminants

Effets

Monoxyde de carbone

CO

Maux de tête, nausées, étourdissements, aggravation de l’angine chez les personnes ayant des problèmes cardiaques

Composés organiques volatils

COV

Irritation et maux respiratoires; certains COV sont cancérigènes (ex. : benzène)

Acroléine et formaldéhyde

Irritation des yeux et des voies respiratoires

Particules fines

PM2,5

Irritation des voies pulmonaires; aggravation des maladies cardiorespiratoires, mortalité plus hâtive

Oxydes d'azote

NOx

Irritation du système respiratoire, douleur à l'inspiration, toux, oedème pulmonaire

Hydrocarbures aromatiques polycycliques

HAP

Certains HAP sont considérés comme mutagènes ou cancérigènes ou soupçonnés de l’être

Dioxines et furannes

Cancérigènes probables

Source : Direction de la santé publique de Montréal-Centre


Qui est plus vulnérable?

Les effets de la fumée sur la santé peuvent être plus ou moins accentués selon la sensibilité des personnes. Les enfants très jeunes, les personnes âgées et celles souffrant d’asthme, d’emphysème ou de problèmes cardiaques sont les plus sensibles à la pollution de l’air. Toutefois, les polluants dangereux associés à la fumée de feu de bois affectent également les personnes en bonne santé.


Comment se protéger des effets de la fumée?

Pour limiter votre exposition aux contaminants provenant du chauffage au bois :

  • Évitez l'utilisation du chauffage au bois comme mode de chauffage principal.
  • Limitez le plus possible l’utilisation des foyers intérieurs et des feux extérieurs.

Si vous devez chauffer au bois, appliquez ces précautions :

  • Optez pour l'utilisation d'un bois dur et séché pendant au moins six mois, comme le chêne, l'érable ou le bouleau, plutôt qu'un bois mou comme le sapin, le pin ou l'épinette.
  • Ne brûlez pas de déchets domestiques tels que les plastiques, le bois traité ou le bois peinturé.
  • Si vous envisagez l’achat d’un poêle ou d’un foyer, optez pour un poêle ou un foyer électrique. Sinon, achetez un poêle ou un foyer certifié qui respecte le Règlement sur les appareils de chauffage au bois.

Pour en savoir plus

Consultez les sections sur le chauffage au bois des sites Internet suivants :

Dépliant - Chauffer au bois : est-ce vraiment inoffensif?

Il est temps de se soucier de l'air que nous polluons car c'est l'air que nous respirons!